Logo Domaine La Colombe – 1173 Féchy

Réserve

Colombe Rouge

Gamaret, Syrah, Assemblage, Merlot

Appelation d’origine controlée - La Côte

La Colombe Rouge est un vin à part, proposant à chaque nouveau millésime un assemblage de cépages du Domaine élevés en fût de chêne. Une cuvée qui recherche des accords créatifs entre structure, volume et palette aromatique, en fonction des conditions climatiques… et de notre inspiration! Un flacon qui a de la mâche, aux arômes poivrés, ensoleillés et chatoyants.

 

 

texte_ColombeRouge
Température de service: 10-12
commander en ligne
Remettre à zero les choix pour voir d'autres options

Prix unitaire: CHF Loader

Quantité

Réserve

La patine du temps

Des rendements très bas, une sélection de vieilles vignes, un élevage prolongé et un vieillissement en bouteille avant la mise sur le marché concourent à l’éclosion de crus racés et épurés. La quête de cette insaisissable perfection est au cœur de notre métier : ces cuvées d’exception confirment notre foi dans la nature et dans la vie. Au-delà d’une réussite, une récompense !

MILLÉSIME

Vendanges 10 septembre

La date d’éclosion des bourgeons nous prédisait une année normale, avec des vendanges en octobre, comme de coutume dans notre région. Mais le laps de temps jusqu’à la floraison a rarement été aussi court : seulement 49 jours contre 62.5 jours en moyenne grâce à un temps chaud et ensoleillé !

Nous avons donc commencé la cueillette le 10 septembre, avec des raisins de qualité absolument irréprochable et des températures frisant encore les 30 degrés. C’était un des plus beaux et plus longs étés jamais enregistrés.

Les fermentations se sont bien déroulées. Les derniers sucres se sont transformés en alcool. Etape cruciale, révélatrice des subtilités du raisin. Par respect du travail à la vigne, nous vinifions dans le même état d’esprit. Notamment, par l’usage de levures indigènes ou l’absence de soufre, ce qui nous fait vivre des aventures parfois surprenantes… La dégustation est donc quotidienne. Nous surveillons les vins avec curiosité et intérêt, ce qui nous permet de doucement guider chaque cuve par des contrôles de températures ou des transvasages.

Nous nous réjouissons de vous revoir à notre caveau pour déguster ce millésime 2018, qui offre des vins avec du corps et de très belles concentrations d’arômes.

cave-maturite

nos vins

Apex

Pinot noir, Chardonnay
CHF 28.00
unité - 75 cl

La Grive

Gamaret, Assemblage
CHF 28.00
unité - 37.5 cl

Girarde

Pinot noir
CHF 37.00
unité - 75 cl

Colombe Noire

Pinot noir
CHF 27.50
unité - 75 cl

Ecce

Amigne
CHF 29.00
unité - 75 cl

Chardonnay Réserve

Chardonnay
CHF 27.50
unité - 75 cl

Colombe Grise

Pinot gris
CHF 27.50
unité - 75 cl

Amédée

Savagnin
CHF 32.00
unité - 75 cl

 
Le commentaire de Frédy Girardet
«Ce vin corsé et généreusement fruité accompagne bien les viandes rôties, telles qu’un gigot ou un carré d’agneau, un carré de porc rôti sur l’os ou des jarrets de veau braisés.»

Millésime 2003 
dégustation par Martin Kilchmann
«Assemblage von Gamaret, Garanoir und etwas Pinot noir, barriqueausgebaut. Herzhafter, fruchtbetonter, röstaromengeprägter Rotwein mit viel Stoff, Süsse une markanten Tanninen. Ein fleischiger Wein im mediterranen Stil; 2002 und 2004 sind schlanker, reservierter, aber auch etwas frischer.»

Millésime 2008 
Commentaires du CAVE SA – Gland, septembre 2010
Voici ce qui est peut-être la meilleure Colombe rouge produite à ce jour par Raymond Paccot ! En 2008, cet assemblage de pinot, gamay, gamaret et garanoir a tout pour plaire : nez gorgé de fruit : agrumes, fruits rouges confits et discrètes notes de fleurs. L’élevage est parfait et vient lisser un tanin gorgé de fruit, succulent, qui allonge le vin sur sa sapidité et son croquant.

Verticale Colombe Rouge du 1er mars 2013

2010 : Robe violette, brillante. Nez discret, encore sur l’élevage. Mûre, vanille. Attaque serrée et pulpeuse. On ressent encore l’élevage, mais le fruit est dessous et ne demande qu’à sortir. Les tannins sont fins, encore anguleux, plein de promesses. Finale longue et persistante, mais encore retenue au niveau aromatique. En devenir.

2009 : Les fruits à noyau (pruneau) composent le nez, ainsi qu’un léger côté boisé. Nez discret. Attaque ronde, aux tannins présents mais enrobés. Grosse matière en milieu de bouche, beaucoup de fruit. C’est mûr. On a le sentiment que le vin est en train de se refermer, il se resserre en finale. Vin à attendre.

2008 : Robe grenat. Nez ouvert, cassis, épices, bois. Attaque souple et fruitée, Vin en demi-concentration, qui ne fait pas dans le démonstratif, mais mise sur l’élégance et la finesse ; la fraîcheur est le fil conducteur. Tout à fait dans la ligne du millésime. Ce déguste sans complication.

2007 : On sent les premières évolutions. Le nez à besoin de temps pour s’ouvrir. Cassis, âtre. Concentrée et structurée, la bouche est dotée de tannins fermes, qui donne un côté très rectiligne au vin. On retrouve le fruité en bouche, avec des notes poivrées. Finale longue et serrée. Il a encore quelques belles années.

2006 : Robe grenat, légèrement évoluée. Le nez est à l’avenant. On est sur les fruits travaillés (gelée de cassis), la cannelle, sous-bois. Attaque pulpeuse, ronde et gourmande, qui continue sur les fruits chauds, les épices. Finale longue aux tanins présents.

2005 : Robe violette, très légère évolution, fait encore jeune. Epices, fruits macérés, beaucoup de profondeur dans ce nez. Bouche aux tannins fins et puissants, à la trame serrée. Que voilà un vin sérieux, un peu monacal dans l’approche. Très buriné, ce cru peine à se dévoiler, il est encore fermé. Grand potentiel de matière, mais va-t-elle un jour se déployer, se relâcher ? A suivre.

2003 : Robe rouge, évoluée. Nez ouvert, exubérant, fruits chauds, fumée froide, épices douces. Attaque soyeuse, c’est tout rond, enrobé, peu d’acidité (millésime de canicule !), milieu de bouche puissant, mais équilibré. Vin baroque, hors des sentiers battus.

2002 : Robe évoluée. Plus de fruit à ce stade : sous-bois, épices, notes animales. Attaque souple et légèrement carbonique. En demi-concentration, avec une trame de tannins un peu lâche, le vin joue la finesse. Mais l’évolution est marquée, l’ensemble fait un peu fatigué. A finir.

1999 : Pas mal de carbonique encore dans ce vin. Il est bien de le décanter pour enlever l’excédent. Equilibre sur la fraîcheur, ce vin est sans grande complexité (jeune vigne), mais mieux préservé que le 2002. A boire.

1996 : Dégusté en 50cl. Jeune vigne, petit contenant, ce vin est aujourd’hui un beau souvenir…

 

Millésime 2015, Dégustation en Juillet 2018

« Jusque là, je ne savais pas que l`honnêteté avait un goût… »

de Georges Humphrey