Logo Domaine La Colombe – 1173 Féchy

Millésimes

Vendanges 24 septembre

Au contact de la nature, les années se suivent… et ne se ressemblent pas ! Ce nouveau millésime – plus que prometteur – nous a tenu sur le qui-vive de janvier à octobre. En un mot, c’est tout simple : « Le 2007, c’est tout le contraire du 2006 ! »

Après un repos hivernal perturbé par le soleil et des températures presque estivales, la vigne a démarré son cycle végétatif au début du mois d’avril, soit une avance de trois semaines par rapport aux dates habituelles.

Puis les pluies fréquentes de mai, juin et juillet ont considérablement augmenté les risques de développement du mildiou, champignon microscopique qui se propage sous les feuilles lorsqu’il fait chaud et humide. Mais nous avons pu échapper à ces maux sans trahir la culture biodynamique, avec nos traitements doux et respectueux, souvent à base de plantes.

Et alors que nous nous préparions à une récolte précoce et précipitée, est arrivé l’inespéré : un automne exceptionnel, avec du soleil, un temps sec, et surtout, la bise qui a séché les baies ! A partir de début septembre, nous avons pu modifier complètement le scénario et retarder le début des vendanges de 15 jours : des conditions rêvées pour ne pas se presser, attendre que chaque terroir, chaque cépage, arrive à sa pleine maturité, afin de cueillir des raisins dorés et bien sucrés.

Tout est bien qui finit bien ! Ou plutôt, qui commence bien : avec une récolte aussi saine, les conditions de vinification ont été quasi idéales, les fermentations lentes étant encore favorisées par la relative fraîcheur de la fin de l’année. Au rendez-vous, des expressions de terroir encore discrètes, mais aux caractères bien affirmés et solides.

Bref… Tout nous laisse penser que les 2007 seront des vins charnus, racés, avec un bel équilibre entre fruit et structure…

vendanges domaine la colombe 2009 julia et marlyse

Vendanges 10 octobre

Quel privilège d’accompagner la nature ! Le millésime 2008 laissera des traces dans les mémoires vigneronnes, non pour ses crises bancaires, mais pour les émois que le climat a suscités.

A défaut d’indices et d’index boursiers, voici donc quelques-unes de nos émotions climatiques, après tout, chacun son métier !

  • Début avril, la neige s’attarde, et la vigne prend son temps pour débourrer et montrer ses premières pousses
  • Le mois de mai apporte heureusement la chaleur qui manquait jusque-là. Un mois qui sera sec, le plus sec de toute la phase végétative, avec le mois de juin.
  • Les grappes fleurissent autour du 20 juin, en retard sur la moyenne des dix dernières années…
  • Ensuite, malgré un temps changeant, la période de forte croissance de la vigne se caractérise par des quantités de pluie inférieures à la norme saisonnière, excepté durant juillet. Contrairement à l’impression qu’il peut laisser, l’été se montre plus chaud et sec que la référence. Mais, en raison de l’alternance de pluie et de soleil, le danger de maladie de la vigne demeure bien réel !
  • Début septembre, les averses font craindre le pire. Par bonheur, dès le milieu du mois, s’installe un temps sec accompagné d’une forte bise, procurant aux ceps les conditions idéales à la formation des arômes des sucres, des acides et des tanins.
    Nous décidons finalement de prendre le risque de commencer les vendanges plus tard qu’à l’ordinaire ; six jours plus tard !
  • L’automne se révèle être un véritable été indien, qui tient jusqu’à début novembre… Un vrai cadeau du ciel.

Et voici qu’aujourd’hui, en cave, les vins du millésime 2008 se montrent particulièrement fruités, friands et racés. La finesse et la complexité aromatique sont remarquables et impressionnent immédiatement le dégustateur.

domaine la colombe vendanges 2010

Vendanges 22 septembre

Le millésime 2009 restera dans notre mémoire comme étant le millésime des records de sondage. En effet, les quantités de sucre mesurées dans les raisins ont été largement au-dessus de la moyenne, ceci grâce à une météo magnifique. Souvenez-vous !

Après un hiver froid et bien enneigé, le printemps est tout de suite à nos portes, en raison de températures douces, voire estivales. Les premiers bourgeons sont visibles autour du 13 avril, avec une avance d’une semaine par rapport à la norme. Stimulée par un mois de mai durant lequel le thermomètre franchit souvent la barre des 30°C, la floraison se montre également précoce, ayant lieu vers le 9 juin. Ensuite, hormis juillet qui atteint son quota d’eau, l’été est sec et chaud, sans excès. La lutte contre le mildiou et l’oïdium est facilitée, la croissance végétative s’arrête naturellement tôt, permettant ainsi une montée exceptionnelle des taux de sucre en fin de cycle. Les vendanges débutent le 22 septembre et se prolongent jusqu’au 5 octobre, sans une seule journée de pluie !

Nous avons un très beau millésime en perspective, avec des vins dotés d’une remarquable constitution et d’une fraîcheur bienvenue, suite à des choix de vinification simples et naturels. Nous avons cherché à conserver des cuvées qui se remarquent par leur équilibre, leur tension, leur race et leur générosité.

domaine la colombe raymond violaine paccot

Vendanges 5 octobre

Le millésime 2010 que nous sommes heureux de vous présenter a bénéficié de conditions climatiques magnifiques, mais très différentes de celles de son prédécesseur, le millésime 2009.

  • Les premières pousses émergent assez tardivement, avec un retard de plusieurs jours par rapport à l’année 2009.
  • Le mois de mai, même s’il ne bat pas des records de chaleur, permet un développement harmonieux de la végétation.
  • C’est en juin que les conditions se dégradent. Il pleut presque tous les jours. La floraison traîne en longueur, se trouve perturbée, la nouaison est incomplète et les grappes apparaissent fortement dégarnies, laissant présager une récolte plus petite qu’en 2009.
  • Par bonheur, le mois de juillet apporte une canicule très favorable à la croissance de la plante. La sécheresse qui s’installe se trouve heureusement ralentie par les pluies de début août.
  • Le mois de septembre, sec et chaud, stoppe le développement des ceps, ce qui stimule l’accumulation des sucres dans les baies.
  • Nous commençons les vendanges le 5 octobre, soit assez tard par rapport à 2009, mais avec une maturité des grappes excellente en raison des rendements réduits. Le ciel se maintient au beau fixe pendant toute la période de cueillette : vigneron bronzé, signe de qualité !

Le résultat de ces aventures météo-viticoles se retrouve dans le verre avec des vins blancs fruités, vivants, dynamiques, gratifiés d’une constitution qui leur permettra d’aller loin, ainsi qu’avec des vins rouges charpentés, charnus, épicés, soutenus par des tanins tout en finesse et bien intégrés.

Et surtout, nous nous sommes efforcés, tout au long de l’élevage, de maintenir le juste équilibre entre les riches éléments de vins nobles, purs et aériens.

domaine la colombe paccot fechy paysage

Vendanges 19 septembre

Le millésime 2011, que nous sommes heureux de vous présenter, a été influencé par un hiver anormalement doux qui va marquer toute la saison.

  • Les premières pousses apparaissent près de deux semaines plus tôt qu’en année normale. C’est le débourrement le plus précoce des 25 dernières années.
  • Cette extrême avance s’accentue encore tout au long des mois d’avril et mai, que l’on peut qualifier d’estivaux.
  • Ce printemps chaud entraîne un développement effréné de la végétation. Dans les vignes, on mesure un allongement des rameaux dépassant parfois 5cm par jour : on pourrait presque les voir pousser !
  • Le mois de juillet atténue partiellement cette croissance en raison de précipitations. Celles-ci s’avèrent malgré tout bénéfiques, car la vigne commence à avoir soif !
  • Influencé par cet été d’exception, le raisin développe très tôt une belle maturité qui nous permet de débuter les vendanges le 19 septembre. Nous les terminons vers le 10 octobre.

Comment se présentent les vins en cave ? Nous avons laissé faire la nature, afin que les terroirs et les cépages expriment avec éclat toute leur personnalité.

Nous ressentons déjà des « Chasselas » fruités, frais et minéraux. Des « Pinot Gris » pleins de grâce et de complexité. Des « Pinot Noir » qui se caractérisent par l’élégance et la subtilité.

arnaud vendanges pressoir domaine la colombe

Vendanges 4 octobre

Regardons d’un peu plus près ce que nous révèle 2012 ?

  • Février est sibérien, mais sans conséquence néfaste, sauf pour les mains du vignerons !
  • Après un débourrement normal à mi-avril, mai est assez chaud et juin maussade.
  • La floraison est perturbée par ce temps instable, avec pour conséquences des petits rendements pour la plupart des cépages.
  • Après une courte période de sécheresse en juillet, août rétablit la situation, et permet une maturation optimale des raisins.
  • Le mildiou et l’oïdium sont d’une extrême virulence pendant l’été. Par bonheur, nos vignes y résistent bien, grâce à des traitements à base de produits naturels qui ont montré, pour la douzième année, leur efficacité remarquable.
  • Les vendanges, malgré quelques pluies, se déroulent par des températures fraîches, ce qui nous tranquillise : les raisins cueillis sont très sains.

Pour garder l’essentiel de ce que la terre nous donne, il ne faut pas avoir peur de prendre des risques, et d’écouter son instinct, en respectant ce moût sur lequel nous intervenons le plus délicatement possible.

domaine la colombe vendanges 2013

Vendanges 14 octobre

De mémoire de vigneron, la vigne a rarement subi une pression environnementale aussi intense qu’en 2013.

Tout n’est pas noir cependant. Grâce à un soin constant et attentif, la vigne a su trouver des ressources pour dépasser les aléas du climat. Voyons plutôt :

  • L’hiver a mangé le printemps et le temps est maussade jusqu’en juin. La floraison est perturbée avec, pour conséquence, coulure et millerandage importants, laissant présager une récolte plus petite. Ce qui peut être considéré comme une chance, au regard de la suite de l’année : la vigne a la possibilité de mûrir ses raisins plus facilement.
  • L’été n’est pas très serein, notamment en raison de deux chutes de grêle. Heureusement, quelques parchets seulement subissent des dégâts de 20 à 30%.    Avantages et inconvénients d’un domaine morcelé…
  • La quiétude et la douce chaleur du mois d’août ne durent malheureusement pas. Dommage, les ceps avaient quasiment rattrapé leur retard du printemps !
  • Le début d’automne est erratique, alternant pluie, chaleur et froid.
  • Nous commençons les vendanges le 14 octobre et cueillons presque sans discontinuer jusqu’au 28, pressés par l’évolution rapide des peaux des raisins.

Que dire de ce millésime, sinon que les petits rendements, les degrés alcooliques plus faibles et les acidités bien soutenues, laissent entrevoir des vins cristallins, très en phase avec ce que nous recherchons.

La biodynamie a fait son bel ouvrage : des pépins mûrs, des moûts délicieusement fruités. Les vins, à l’heure actuelle, sont très sensuels, nets et purs.

La parenté avec des millésimes plus anciens, tels 95 ou 98, nous permet d’affirmer que 2013 offrira des crus à la fraîcheur stimulante, empreints d’une minéralité pleine de force qui combleront les vrais amateurs et connaisseurs.

jason vendanges pressoir domaine la colombe

Vendanges 29 septembre

Après plus de trente millésimes vinifiés au Domaine, les situations sont toujours inédites : s’adapter est un plaisir et une nécessité chaque année renouvelés.

Regardons quelles ont été les caractéristiques du millésime 2014 :

  • Un printemps doux a favorisé le débourrement de la vigne qui montre ses premières feuilles avec 10 jours d’avance sur la moyenne.
  • Assez frais, mai et juin ne favorisent pas la floraison : on sait que la vigne n’affectionne pas les extrêmes climatiques. L’avance n’est plus que de trois jours !
  • Juillet, très humide, nous a obligés à beaucoup de vigilance. Mais notre expérience de 15 ans en biodynamie nous a permis de passer le cap sans dommage.
  • Finalement en août, à la véraison (moment où les grains deviennent translucides et commencent à avoir du sucre) l’état sanitaire de nos vignes est parfait et l’évolution de la maturation très prometteuse.
  • Malgré la drosophile « suzukii » qui nous a donné plus de peur que de mal, nous avons pu commencer sans encombre les vendanges le 29 septembre, et terminer le 15 octobre. Soit des dates tout à fait dans la moyenne, et plus d’avance du tout !

Cette météo douce au printemps, difficile en été, et ensoleillée en automne convient bien à la vigne et nous permet d’obtenir des vins remarquables par leur fraîcheur cristalline, leur complexité aromatique, et leur structure minérale.

Garder l’essentiel de ce que la nature nous donne est une philosophie qui nous tient à cœur et que nous aimons partager.

vendanges 2015 domaine la colombe

Vendanges 18 septembre

Comment vous parler du millésime 2015 sans avoir des étoiles dans les yeux ?

Une telle année, représente le rêve de tout vigneron ! Et ce rêve a commencé, en toute logique, dans la dynamique naturelle qui s’est développée dans les vignes…

Vers le 20 avril, les bourgeons éclatent. Un peu tardivement. Mais le retard est vite rattrapé, à la faveur de quatre mois consécutifs de chaleur, au-dessus de la moyenne de ces dix dernières années. Juillet est même le mois le plus chaud enregistré depuis 1864 !

Au moment où la croissance atteint son paroxysme, les rameaux s’accroissent de 7 cm par jour… A ce rythme (5 mm à l’heure) un observateur attentif pourrait voir pousser la vigne !

Ensuite… tout se calme. La sécheresse commence à se faire sentir, surtout dans les jeunes vignes où le système racinaire n’est pas encore assez profond.

Mais à l’arrivée, l’état sanitaire des raisins est parfait ! La maturation est en avance, et des vendanges idylliques peuvent débuter le 18 septembre, pour se terminer début octobre.

A la vigne, les conditions se sont révélées tout simplement idéales. Et notre approche, qui consiste à écouter et respecter la biodynamie naturelle des sols, des plantes et du travail humain, s’est montrée particulièrement féconde. Reste donc… le travail en cave !

Avec des raisins magnifiques, qui méritent réflexion, attention, respect. Nous avons donc pris des risques et travaillé… à ne rien faire ! C’est à dire : à ne pas intervenir, de façon intempestive, dans ce que la nature nous avait livré. Concrètement, cela nous a demandé de faire confiance aux levures naturelles déjà présentes dans le milieu ambiant, de les laisser exprimer tout le potentiel du terroir – en ajoutant un strict minimum de soufre, seulement au printemps, et en laissant reposer le vin longtemps sur ses lies de fermentation…

Et le moins que l’on puisse dire est que la nature nous a rendu cette confiance de façon particulièrement généreuse : les vins sont marqués par des arômes solaires, avec une grande pureté d’expression, portée par des structures suaves et dynamiques.

vendanges 2016 domaine la colombe

Vendanges 5 octobre

L’année 2016 restera en mémoire pour ses conditions très contrastées.

Les premières feuilles ont montré le bout de leur nez vers mi-avril par un
printemps doux et pluvieux. Un retour du froid début mai nous a fait craindre le gel. Par bonheur, le lac Léman a bien joué son rôle de régulateur et a sauvé notre récolte. Les pluies de mai et juin nous ont obligés à une surveillance constante et à des interventions légères mais répétées.

Grâce à nos soins en biodynamie depuis 17 ans, nos vignes résistent mieux à des conditions difficiles. Nos sols vivants, avec une faune diversifiée, ont bien absorbé les averses abondantes et inhabituelles.

Les températures élevées de juillet ont favorisé un développement rapide des plantes et une croissance vigoureuse. En août et septembre, canicule et sécheresse ont comblé le retard des premières semaines de la saison et ont été propices à la bonne maturation des différents cépages. Les vendanges ont donc débuté sous les meilleurs auspices le 5 octobre.

Les expériences positives des années précédentes nous ont permis de faire
confiance à nos raisins. Concrètement, nous sommes restés minimalistes dans nos interventions à la cave : un pressurage lent, pas de soufre, puis des
levures prélevées dans plusieurs parcelles du Domaine qui transforment peu à peu les sucres en alcool. Le vin peut exprimer ainsi toute la magie du lieu où il est né. Cette magie, nous la ressentons dans l’expression fruitée, juteuse, généreuse, naturelle et fraîche de nos cuvées.

grappe chasselas lacolombe

Vendanges 12 septembre

La vigne s’est réveillée particulièrement tôt en 2017, les premières feuilles étaient donc très sensibles au gel de printemps et de nombreuses régions viticoles ont été touchées. Merci le lac, nous avons échappé à cette catastrophe.

La suite de l’année viticole a redonné la passion aux vignerons. Peu de pluie, donc peu d’humidité et de pression des maladies fongiques, sans toutefois que la vigne ne manque d’eau et ne soit stressée.

La cueillette était précoce, dès le 12 septembre. La maturité des baies s’est donc faite sur des journées longues, au contraire de l’année dernière où nous avions commencé presque un mois plus tard ! La photosynthèse est plus importante, par conséquent, le taux de sucre est plus élevé.

En soit, une récolte raisonnable, une belle maturité, et de la fraîcheur.

2018 vendanges domaine la colombe elisabeth

Vendanges 10 septembre

La date d’éclosion des bourgeons nous prédisait une année normale, avec des vendanges en octobre, comme de coutume dans notre région. Mais le laps de temps jusqu’à la floraison a rarement été aussi court : seulement 49 jours contre 62.5 jours en moyenne grâce à un temps chaud et ensoleillé !

Nous avons donc commencé la cueillette le 10 septembre, avec des raisins de qualité absolument irréprochable et des températures frisant encore les 30 degrés. C’était un des plus beaux et plus longs étés jamais enregistrés.

Les fermentations se sont bien déroulées. Les derniers sucres se sont transformés en alcool. Etape cruciale, révélatrice des subtilités du raisin. Par respect du travail à la vigne, nous vinifions dans le même état d’esprit. Notamment, par l’usage de levures indigènes ou l’absence de soufre, ce qui nous fait vivre des aventures parfois surprenantes… La dégustation est donc quotidienne. Nous surveillons les vins avec curiosité et intérêt, ce qui nous permet de doucement guider chaque cuve par des contrôles de températures ou des transvasages.

Nous nous réjouissons de vous revoir à notre caveau pour déguster ce millésime 2018, qui offre des vins avec du corps et de très belles concentrations d’arômes.