Logo Domaine La Colombe – 1173 Féchy

Terroir

Petit Clos Grand Cru

Chasselas

Mont-sur-Rolle Appellation d’origine contrôlée La Côte

Un terroir marqué par l’argile, planté de vieilles souches sur une forte pente qui impose le respect. Fraîcheur et caractère, un vin qui pourrait épouser un solide «Gruyère Caramel AOP», affiné 22 mois. Au Petit Clos, nous plantons petit à petit un Conservatoire mondial du Chasselas avec l’objectif de redécouvrir les différents biotypes de chasselas. Affaire à suivre…

 

texte_PetitClos
Température de service: 10-12
commander en ligne
Remettre à zéro les choix pour voir d'autres options

Prix unitaire: CHF Loader

Quantité

Terroir

La signature d’un lieu

Le terroir est l’énergie conjuguée du ciel et de la terre. C’est là que réside cette force tranquille que le vigneron, serviteur et interprète, doit révéler sans jamais la trahir, ni la masquer. Cette démarche patiente se poursuit pendant l’élevage, puis en bouteille. Ces crus frais et vivants développent avec les années une complexité faite d’élégance et de personnalité.

MILLÉSIME

Vendanges 23 septembre 2019

La floraison s’est effectuée normalement, peu de temps après la grève des femmes, autour du 20 juin 2019. Le printemps était plutôt humide, mais les magnifiques mois d’août et de septembre ont permis une maturation optimale des raisins.

Il y a eu 15% de dégâts de grêle dans les hauts de Féchy, mais par chance c’était avant véraison, les baies ont séché et sont tombées. Les raisins sont donc restés très sains.

Nous avons commencé les vendanges le 23 septembre, une année plutôt classique. Nous avons pris beaucoup de temps à la vigne pour déguster les baies, afin de choisir le moment de cueillette opportun pour chaque cépage sur chacune de nos 38 parcelles.

Les raisins ont été doublement triés, à la vigne, puis sur table, pour assurer un état parfait. A nous ensuite, à la cave, de savoir interpréter au mieux ce qui nous est offert. Sans soufre, sans levure ajoutée, sans ajout aucun, la dégustation est presque quotidienne jusqu’à Noël.

Un millésime avec un bel équilibre entre corps et structure.

Un millésime largement à la hauteur de La Fête des Vignerons célébrée pendant l’été.

cave-maturite

nos vins

Déclinaison de Chasselas

Chasselas
CHF 17.1333
unité - 75 cl

Moraines

Chasselas
CHF 15.50
unité - 75 cl

Curzilles

Complantation
CHF 21.00
unité - 75 cl

Brez Grand Cru

Chasselas
CHF 17.00
unité - 75 cl

Bayel Grand Cru

Chasselas
CHF 17.00
unité - 75 cl

La Colombe

Chasselas
CHF 6.60
unité - 37.5 cl

Le commentaire de Frédy Girardet
«Un vin qui s’accorde bien avec des plats salés ou à base de fromage: soufflé, quiche lorraine, tarte à l’oignon et aussi viande séchée, jambon cru…»

Millésime 2006. Le 5 avril 2010
Commentaires de Philipp&Moni Sutter de Sutter Weine à Rafz/ZH
Le Petit Clos 2006
– Wenig Zitrus, wenig nasse Steine, allgemein dezent aromatisch, samtig
ausgewogen, Frische + Charakter fehlen einwenig / 14.8 von 20 Pte

Millésime 2009 et 2006. Novembre 2010
Schweizerische Weinzeitung, Stefan Keller

Petit Clos ist eine lehmhaltige Lage auf 500 Metern mit durchshnittlich 40 Jahre alten Reben, Ausbau im Stahltank ohne BSA, seit Juni auf der Flasche, kein Schnellstarter.

2009: Helles Gelb. Sehr feine Nase, an Lindenblüten erinnernd, Aprikosen. Am Gaumen mittlere Fülle, rassige Säure, leicht vegetabil, Bitternote. Ein feingliedriger Wein. 16/20 2011-2015.

2006: Mittleres Gelb. Reifes Bouquet, Gebäck, Rhabarber. Am Gaumen dicht, weich, viel Schmelz, langes, strukturiertes Finale. Ein gehaltvoller Wein, schön gereift. 17/20 2011-2017.

 

Verticale du Petit Clos le 1er février 2013

2011 : Jaune à reflets verts. Nez discret, fermé. Mais celui-ci est frais avec un côté zestes d’agrume et floral. La minéralité commence à poindre. Attaque tendue et enrobée, avec du fruit. Le milieu de bouche est rond, porté par une acidité intégrée dans la structure, qui prolonge la finale longuement. Vin racé, en devenir. Patience !

2010 : Nez ouvert, reposé, mûr, sur les fruits jaunes. Bouche ronde, juteuse, fruitée, structurée par le tandem acidité-minéralité. Beaucoup de fond dans ce vin aujourd’hui détendu, mais avec encore de la réserve et de l’avenir. Finale longue et sensuelle.

2009 : Ouvert, très mûr dans les arômes, mais pas confit. Cédrat, miel fin. Attaque large et fraîche. Bouche fine et concentrée, sur la fraîcheur malgré le millésime, tendue par une belle acidité qui confère un côté très cristallin à l’ensemble. Le vin n’est toutefois pas encore à son apogée.

2008 : Un des très beaux nez de la verticale ! Il est précis, limpide, ouvert. Fruit sec (noisette), légèrement lacté, mais pas dérangeant. Il commence seulement son évolution vers le tertiaire. Attaque franche, précise. Bouche fine, élégante, l’acidité est fondue et porte les arômes : grenade, petites fraises des bois. Grosse minéralité en finale qui tire le vin. Finesse, race, élégance, voici un vin aujourd’hui au sommet !

2007 : Robe jaune, brillante. On change d’univers : on est sur un vin à l’évolution. Fruits mûrs, légèrement lacté, anis, miel, tabac blond. Attaque soyeuse, ronde. Touché de bouche sensuelle, tout est bien fondu avec du fruit en milieu de bouche. Belle reprise en finale, de la fraîcheur, du fond. Beaucoup de grâce, l’harmonie est là, c’est gourmand et donne du plaisir.

2006 : Miel de fleur, amande douce, anis, le nez à besoin de temps pour s’exprimer. C’est rond et soyeux en bouche. C’est une forme de paradoxe : le vin est un peu décadent dans sa structure, car il n’a pas d’acidité (effet millésime) et pourtant il n’est ni pataud, ni lourd (le Terroir !). Très bon aujourd’hui.

2005 : Nez discret, fin, cristallin. Fait jeune, malgré les années. Agrume confit (kumquat), fruit jaune, légèrement lacté. Attaque ronde, charnue. Le vin se poursuit sur une tension complètement intégrée. Il est ascendant et millimétrique dans son évolution. D’une grande pureté, il est profond, encore jeune, racé, concentré, sans lourdeur, mais charnu. Beaucoup de maîtrise dans la puissance. Ce confirme d’une année l’autre comme un grand millésime de Petit Clos !

2004 : Pas de Petit Clos produit cette année là, en raison des aléas climatiques. Nous sommes sur une parcelle adjacente, appelée La Plantaz. Nez ouvert, sur l’évolution, mais pas de cheveu gris. Bouche ronde, gourmande, sans acidité, on aimerait un peu plus de nerf et de jeunesse, mais c’est la limite du millésime. C’est bon, mais sans magie.

2003 : Jaune doré. Le nez est sur les fruits très mûrs en raison du millésime caniculaire, manque de finesse dans l’expression. Bouche ronde, pulpeuse, sans acidité, sur un côté orientale. Le vin tient malgré tout par son terroir et la minéralité qui serre le vin en finale. A boire.

2002 : Pain d’épices, fumé, pierre chaude, grillé fin. Beau nez, aux arômes nobles, plutôt dans le registre empyreumatique, avec une touche de miel. L’attaque est fraîche, contrairement à ce que laissait présager le nez. La bouche en demi-concentration est élégante, sans esbroufe, avec encore du fruit. Belle surprise.

 

Verticale du Petit Clos  le 1er février 2013
Une sélection des commentaires d’Alessandra Guerini qui nous a gentiment transmis ses impressions!

J’ai participé à cette verticale avec la curiosité de connaître l’évolution de ce produit, j’aime beaucoup ce chasselas qui est d’ailleurs celui choisi pour mon commerce de vins suisses.Raymond a insisté pour que je lui présente mes notes de dégustation, j’ai cherché d’esquiver, mais vous le connaissez…, voici mes commentaires libres de cette verticale sans aller dans une analyse technique comme celle que je fais lors de jury de concours.[…]

Je classerai les vins dégustés en groupes qui montrent les trois paliers d’évolution du vin.[…]Les 2011, 2010 et 2009 sont des vins jeunes, plein d’exubérance avec des notes fruitées sur la pomme verte et la poire, une note sur le tilleul et une bouche citronnée et vibrante pour ce chasselas gourmand. Une touche florale plus intense et une structure linéaire pour le 2009.

Dans les millésimes 08, 07 et 06 il y a un net changement aromatique au nez comme en bouche. Le nez du 2008 est dominé par une légère note de coing comme celle qui est en train de chauffer dans une casserole avant de devenir pâte, par contre en bouche il y a de la fraîcheur, la structure est racée, la minéralité est affirmée et la finale se termine sur des notes citronnées. Ici l’effet millésime exprime bien la météo de l’année, en effet le 2008 a été marqué par des nombreuses pluies. Vin tonique.Dans le 2007 j’ai relevé une légère oxydation au premier nez qui a disparu à l’aération, l’attaque en bouche est vive, la matière est fine, l’équilibre est sur la minéralité. Le 2006 est un produit atypique, qui pourrait deviner un chasselas ? Notes de beurre et de levure de pâtissier au nez, une attaque grasse, la structure est élégante, finale en finesse et longue persistance. A relever la sensation de salinité dans le 07 et 06. C’est l’expression du terroir qui s’exprime.

Les notes d’arômes des prochains millésimes changent complètement : on entre dans les arômes tertiaires.Le 2005 offre au nez des légers senteurs de pain d’épice, la bouche est grasse sur une finale de citrons confits, la touche minérale est discrète et longue persistance pour ce produit qui vieillit très bien. Vin d’une grande finesse.Pour La Plantaz 2004 les notes et les sensations sont d’un cran supérieure au 2005, la consistance se traduit par une onctuosité, une sensation douceâtre en finale qui rappelle les fruits à chair jaune come la pêche très mûre. Bonne harmonie d’ensemble.Le solaire 2003 me rappelle la résine, la cire et le miel au nez. La bouche est grasse et ample pour ce produit imposant et charnu. Le dernier vin dégusté, le 2002, a des notes de cire et de clous de girofles, bouche grasse avec oxydation, finale sur des litchi très mûrs. A ma surprise, l’équilibre est présent.Mes coups de cœur se portent sur le 2005 pour son élégance, le 2006 pour l’intensité de la sensation saline en finale et le 2008 avec son acidité enrobée.

Je conseille vivement de participer aux verticales, elles sont toujours intéressantes et elles sont des grands moments de surprises gustatives. Elles permettent de bien connaître le vin, les nuances d’un millésime à l’autre comme aussi tout son potentiel. J’ai passé un très agréable moment d’échange avec tous les présents. Merci à Raymond et Arnaud.

Millésime 2014 – Dégustation fin 2015
Vinum – Winzerlegende Raymond Paccot (10|2015) INT
La Côte AOC Mont-sur-Rolle Petit Clos 2014
« Wirkt eine Spur konzentrierter als der Bayel. Aromen von weissen Blüten, auch Lindenblüten, dazu Agrumen und mineralisch-steinige Komponenten. Im Gaumen dicht gewoben und tief. Vereint Fülle und Finesse. »

 

 

Millésime 1995 Dégusté en 2016
Erstklassiger Weisswein

Werte Familie Paccot,
Man sagt immer wieder, dass Weisswein nicht langlebig ist. Ich habe in unserem Keller, der neben der Waschküche steht und absolut ungeeignet ist Wein zu lagern, eine Weissweinflasche von Ihnen « La Colombe » Mont-sur-Rolle vom Jahre 1995 gefunden und getrunken. Immer noch absolut erstklassig, gratuliere!
Schönen Sommer wünscht Ihnen

Mirjam Gerber
Bern

 

 

Millésime 2015, août 2016
Dégustation de Martin Kilchmann

Mont-sur-Rolle Petit Clos 2015  Domaine La Colombe
Helles Zitronengelb; verhaltenes, zartwür- ziges Bouquet, reifes Obst; im Gaumen voll, saftige, zupackende Säure; im nachhaltigen Abgang mineralisch-bittere Note. Charakter- voller La Côte, braucht noch etwas Zeit.

 

 2015
Robert Parker, eRobertParker.com

86 Petit Clos 2013 La Colombe, Féchy (VD)

Millésime 2017 – Dégustation 2018
Vinum – Guide: Hors Série Vaud 2018
La Côte AOC Mont-sur-Rolle Grand Cru Petit Clos 2017
« Reinheit, Finesse und Balance bilden ein harmonisches Dreigestirn, das bereits jetzt hohen Trinkgenuss verspricht und auch noch in zehn Jahren in die Gläser fliessen kann. Fazit: ein feingliedriges, blumiges Duftprofil, ein ziselierter, saftiger Gaumen und ein kristalliner Nachhall, in dem mineralische Noten und weissfruchtige Aromen funkeln. »