Logo Domaine La Colombe – 1173 Féchy

Terroir

La Colombe

Chasselas

Appelation d’origine controlée - La Côte

La Colombe est la cuvée traditionnelle du Domaine. Ce vin est issu d’une sélection de différents parchets situés à Féchy.
Afin de respecter la nature de chaque terroir, les parcelles sont vinifiées séparément et élevées sur lies. Au printemps, les cuves sont assemblées pour donner naissance à un vin gourmand et pourtant assez dense. Un vin de conversation, dont les premières gorgées appellent les suivantes.

 

texte_fechy_LaColombe
Température de service: 10-12
commander en ligne
Remettre à zero les choix pour voir d'autres options

Prix unitaire: CHF Loader

Quantité

Terroir

La signature d’un lieu

Le terroir est l’énergie conjuguée du ciel et de la terre. C’est là que réside cette force tranquille que le vigneron, serviteur et interprète, doit révéler sans jamais la trahir, ni la masquer. Cette démarche patiente se poursuit pendant l’élevage, puis en bouteille. Ces crus frais et vivants développent avec les années une complexité faite d’élégance et de personnalité.

MILLÉSIME

Vendanges 10 septembre

La date d’éclosion des bourgeons nous prédisait une année normale, avec des vendanges en octobre, comme de coutume dans notre région. Mais le laps de temps jusqu’à la floraison a rarement été aussi court : seulement 49 jours contre 62.5 jours en moyenne grâce à un temps chaud et ensoleillé !

Nous avons donc commencé la cueillette le 10 septembre, avec des raisins de qualité absolument irréprochable et des températures frisant encore les 30 degrés. C’était un des plus beaux et plus longs étés jamais enregistrés.

Les fermentations se sont bien déroulées. Les derniers sucres se sont transformés en alcool. Etape cruciale, révélatrice des subtilités du raisin. Par respect du travail à la vigne, nous vinifions dans le même état d’esprit. Notamment, par l’usage de levures indigènes ou l’absence de soufre, ce qui nous fait vivre des aventures parfois surprenantes… La dégustation est donc quotidienne. Nous surveillons les vins avec curiosité et intérêt, ce qui nous permet de doucement guider chaque cuve par des contrôles de températures ou des transvasages.

Nous nous réjouissons de vous revoir à notre caveau pour déguster ce millésime 2018, qui offre des vins avec du corps et de très belles concentrations d’arômes.

cave-maturite

nos vins

Curzilles

Complantation
CHF 21.00
unité - 75 cl

Petit Clos Grand Cru

Chasselas
CHF 17.00
unité - 75 cl

Brez Grand Cru

Chasselas
CHF 17.00
unité - 75 cl

Bayel Grand Cru

Chasselas
CHF 17.00
unité - 75 cl

Le commentaire de Frédy Girardet
«Un vrai vin de conversation, qui ouvre l’appétit et qui ne fatigue pas le palais. A déguster à l’apéritif, également sur des amuse-bouches gourmands : feuilletés, terrines, pâtés en croûte.»

Millésime 1996 
Commentaires de Philippe Corthay, Oenologue, Ecole d`ingénieurs de Changins:
«Nez très ouvert et expressif. Vin net avec une belle gamme de parfums divers qui révèlent un côté riche et complexe. On perçoit des notes fruitées de fraise mûre, de pêche blanche, d’épicé et de minéralité. La bouche est fraîche, délicatement citronnée avec une belle structure bien enrobée. Souple, ample et charnue, elle est riche d’arômes de citron, de réglisse, de sous-bois avec une touche de minéralité et d’astringence, qui donnent à l’ensemble équilibre et élégance.»

Millésime 1986 
Commentaires de Philippe Corthay, Oenologue, Ecole d`ingénieurs de Changins:
«Nez assez neutre avec peu de complexité. Vin net, légèrement réducteur où l’on perçoit des notes discrètes de farine brûlée, de pain grillé, de toasté. En bouche la structure est à dominante acide et légèrement déséquilibrée. Vin assez simple, rectiligne et droit avec des notes légèrement végétales et minérales.»

Millésime 1976 
Commentaires de Philippe Corthay, Oenologue, Ecole d`ingénieurs de Changins:
«Nez ouvert et expressif. Vin net avec des parfums harmonieux de vieillissement où se manifeste des notes de châtaignes cuites de résine, de sous-bois, de mousse, de pain grillé même de mentholé. En bouche le vin est bien soutenu dans des arômes de champignons, de sous-bois, de mousse. Il est net et bien équilibré sur une structure délicatement acidulée et charnue. Fait penser à un vieux Chardonnay.»

Millésime 2004 dégusté le 17 septembre 2005
En accompagnement de Galantine de féra du lac à la pomme de terre et fenouil jus vinaigré au curcuma
«La Colombe est la cuvée traditionnelle du domaine. Ce vin est issu d’une sélection de différents parchets de Féchy qui sont vinifiés séparément et élevés sur lies.»

Verticale de Colombe 2005-1984. Le 3 février 2009
En présence de Denis Jotterand, Steve Bettschen, Raoul et Catherine Cruchon

2005 : Nez brillant, discret et fin. Vin à la bouche tendue, ouvert à ce stade, avec de la fraîcheur sur un fond fruité et floral. Expressif.

2004 : Nez fin, précis. Fruit, infusion et écorce composent le nez. Bouche élancée, moins compacte que 2005, mais tramée et équilibrée. De la fraîcheur jusqu’ à une finale sur l’écorce d’agrume et la minéralité.

2003 : Bouchage liège. Nez vibrant, fruits confits et nougat. Bouche souple, grasse réhaussée par un carbonique encore présent. Harmonieux bien que riche. A boire.

2002 : Nez sur les fruits mûrs, anis, épices. Attaque vive, fraîche, évolution sur une bouche tonique et structurée, sur le miel de fleurs. La minéralité porte le vin tout au long de la dégustation jusqu’ en finale. Très beau vin.

2001 : (1/2 bt à vis) Nez un peu oxydé. Les arômes sont : la pomme au four, légèrement cire d’abeille, avec un petit côté « jaune ». Vin vif, tonique, malgré les arômes un peu fatigués qui composent la bouche. Carbonique présent. A revoir en bouteille.

2000 : Nez discret sur les fruits mûrs et une belle frange empyreumatique . Vin souple  tenu par une certaine puissance qui l’empêche d’être trop mou. La bouche perd en élégance avec  des notes lactées, caramel qui font penser à un fendant. Harmonieux dans un style un peu carré.

1999 : Floral et discret, le nez truffe joliment, nous sommes dans les arômes tertiaires. Passé une attaque délicate, le vin est sur les fruits confits, la bouche est fuselée et se termine de manière structurée avec une présence presque tanique, conférant de la race au vin.

1998 : Herbe, foin noble, fruité tertiaire. Attaque ronde, la bouche est « fondue », harmonieuse et déliée. On a le sentiment d’être en face d’un vin épanoui, accompli et d’une très belle longueur.

1997 : Beau profil évolué : encaustique, miel, mirabelle en coulis, craie. Très aboutie, la bouche est large, volumineuse, ascendante, un peu mûr au niveau aromatique en milieu d’évolution, mais d’une belle tenue finale.

1996 : Le nez est très complexe, fin, élégant, composé de fruits confits, miel, écorce et épices. Attaque vive et enrobée, la bouche est structurée, droite avec un carbonique encore présent, on retrouve les fruits mûrs accompagnés par la noix et des notes truffées. Le vin se termine dans une longue finale sur la pierre à fusil.

1994 : Robe très jeune. Nez empyreumatique, très grillé, épices, pain. Bouche ronde, grasse, un peu linéaire au niveau aromatique. Bonne tenue.

1994 : Bouchage liège. Nez un peu plus ouvert et évolué, du coup moins frais. Le fait remarquable se situe en bouche avec un fondu et une harmonie que la vis ne possède pas à ce niveau.

1993 : Pain grillé, résine, sapin. Bouche large, au carbonique présent, ronde et à la fois vive, on sent une belle maturité. Pas très long, mais une finale sapide.

1992 : Bouchage liège. Robe dorée foncée. Nez évolué, cacao, pain d’épices, cire d’abeille. Bouche fondue, marquée par les fruits à l’alcool (mirabelle), la brioche, le miel. Un peu lourd in fine et oxydé. Beau souvenir. 

1992 : Robe claire à reflets verts. Nez un peu réduit, hydrocarbure, écorce d’agrumes, épices. Bouche souple sur un corps en demi-concentration qui finit un peu pointue, sur la minéralité. Long. 

1991 : Bouchage liège. Beau nez sur la noisette, les fruits blancs, la  rhubarbe. Minéral en fond, la bouche est élancée, serrée, tonique. C’est un vin frais et expressif, bien conservé qui donne du plaisir. 

1990 : Bouchage liège. Nez de levure, thé vert (avant infusion), évolué, un peu lourd. Belle texture au fruité mature, le vin finit cependant un peu en retenue. 

1989 : Bouchage liège. Balsamique et fruits mûrs caractérisent olfactivement ce millésime. Belle texture dans ce vin, avec une attaque pleine, mais pas lourde, et un corps qui se resserre en finale. Ensemble d’une complexité moyenne. 

1987 : Bouchage liège. On est dans le sous-bois, mousseron avec un liseré minéral. Vin élancé de texture serrée à la finale simple, mais rafraîchissante.

1986 : Bouchage liège. Très beau profil aromatique : confiture de fruits blancs, herbe sèche, noix. Vin droit, frais, possédant beaucoup de force et de caractère, tonique et d’une magnifique longueur sur des notes fumées et minérales. 

1985 : Bouchage liège. Serré, racé, harmonie pour ce vin de bouche plus que de nez. Celle-ci est large, ample, vineuse, longueur moyenne. 

1984 : Bouchage liège. Nez très mûr, miel d’acacia. Bouche tonique, ciselée, un peu pointue pour ce vin qui divise les dégustateurs. D’aucuns le trouvent un peu lourd avec ces notes d’hydrocarbure, sa bouche molle. La vérité est dans le verre et dans les esprits ! 

 

Millésime 2010.  Juin 2011
Dégustations filmées sur RomanDuVin

Visionnez ici les commentaires filmés sur la Colombe 2010.

 

 

Millésime 2013 
Vinum, juin 2015

Klassischer Waadtländer: Eleganz und Frische mit Noten von Äpfeln, Quitten und Honig. Trocken. Auch wenn er auf leisen Sohlen daherkommt, ist er präzise und klar. Im Abgang exotische Fruchtnoten sowie etwas Ananas. Biodynamisch produziert. 2015 bis 2018. 16/20.

 

 

De : `Lukas`
Envoyé : lundi 14 mai 2018
À : `Raymond Paccot`
Chère Violaine, cher Raymond
(…)
Comme chaque soir, je suis assis devant un verre de votre cave.
Je ne peux pas dire que je ne pourrais plus imaginer une soirée sans votre vin,
mais il apporte quand même pas mal à une grande qualité de vie.
Et le fait qu’il a la qualité Demeter est génial.
(…)
Très cordialement
Lukas
De: `Raymond Paccot`
Envoyé : mardi 15 mai 2018
À : `Lukas`
Merci Lukas !
Pour tes commentaires qui font du bien.
C’est exactement les sensations  que j’ai toujours voulu apporter avec nos vins, au même titre qu’un livre , une musique ou un spectacle.
Ton attitude m’aide à  croire en l’avenir du vin pur , simple et naturel qui révèle toute sa complexité.
(…)
Au plaisir de se revoir et amicales salutations.
Raymond

 

Féchy la Colombe A.O.C la Côte, Vin Suisse, Domaine la Colombe, 2017 (méthode Déméter)

Dégustation du  24/03/2019 avec le blog Petite Mousse Entre Amis.

Lucie : Au nez, on retrouve des arômes de fruits blancs, de poire, avec quelques notes plus épicées. Au goût, on retrouve cette trame fruitée, associée à un beau côté minéral. Sa longueur est agréable, avec ce côté épicé qui reste présent, mais s’estompe peut-être un peu rapidement.

Laurent : Son nez s’ouvre sur un côté fruité et floral, qui laisse entrevoir un vin peut être légèrement sucré. Pourtant, en bouche, il est sec et minéral, révélant un côté épicé qui lui confère une longueur plaisante. S’en suit une belle acidité qui lui apporte de la fraîcheur. C’est un vin bien fait, qui fait l’unanimité. Preuve de la qualité des vins suisses.

Matt de Petite Mousse Entre Amis : C’est un vin très fruité, avec beaucoup d’arômes. Sa longueur est un peu courte, on en demanderait plus. C’est un très bon vin que je reboirais avec plaisir.

Loren de Petite Mousse Entre Amis : Voilà un bon vin, fruité avec un côté « épicé/poivré » qui me plaît un petit peu moins, même s’il lui apporte un peu de longueur.

Loïc de Petite Mousse Entre Amis : Il a une belle couleur, claire et limpide. A la fois sec et fruité, avec des notes de poire au nez, que l’on retrouve associées à un côté légèrement épicé. On retrouve ce dernier point sur la longueur avec une trame minérale qui se dévoile. Un vin tout en fruité et délicatesse.